ABMM - Telethon Belgique

Nos projets de recherche à financer ...



2019/2020 - 21 Deficient metabolic adaptation of glial cells during amyotrophic lateral sclerosis

Pr Emmanuel Hermans
Group of Neuropharmacology, Institute of Neuroscience IoNS
Université Catholique de Louvain (UCLouvain 54.10)
Avenue Hippocrate 54
B-1200 Brussels

Budget : 20.000 EUR

Etude de la perte de la plasticité métabolique des astrocytes dans la sclérose latérale amyotrophique :

La fonte musculaire et la perte de poids des patients atteints de la sclérose latérale amyotrophique (maladie de Charcot) sont l’une des facettes les plus visibles d’un dysfonctionnement métabolique important qui s’installe au cours de la maladie. Un tel dysfonctionnement s’opère aussi au sein du système nerveux central et bien que moins visible, il constitue une atteinte grave à son fonctionnement. Le cerveau qui représente 2% du poids corporel consomme à lui seul près de 20% de l’énergie de notre organisme et une insuffisance métabolique entraine des conséquences dramatiques allant jusqu’à la mort des neurones. Les neurones sont des cellules fragiles, mais particulièrement protégées et soutenues par un réseau de cellules gliales et en particulier par les astrocytes. Ces cellules montrent une formidable capacité d’adaptation aux conditions environnementales (par exemple lors d’une diminution de l’apport de glucose). Dans des conditions délétères, les astrocytes modifient leur activité afin de protéger les neurones et éviter qu’ils ne soient eux- mêmes affectés. Alors que les dysfonctionnements métaboliques au cours de la sclérose latérale amyotrophique ont déjà été étudiés dans les neurones, nous souhaitons étudier spécifiquement ces atteintes dans les astrocytes. Notre hypothèse est que chez les patients, les astrocytes perdent leur capacité à s’adapter aux variations de l’environnement et ce faisant, ils ne parviennent plus à protéger les neurones.

Les travaux envisagés dans ce nouveau projet visent à examiner l’activité métabolique des astrocytes isolés au départ d’une lignée de rongeurs développant la neuropathie. Ces cellules seront exposées à divers stress et leur profil sera comparé à celui de cellules issues de rongeur sains. Les résultats obtenus préciseront l’utilité de poursuivre des recherches dans cet axe pour définir des approches thérapeutiques futures de cette maladie neuromusculaire. Une attention particulière sera apportée à l’activité de l’enzyme dénommée AMP kinase qui joue un rôle clef dans le contrôle des activités métaboliques des cellules.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


2019-2020/15 Déméler les spectrinopathies neuromusculaires par les corrélations génotype-phénotype de SPTAN1

Promoteur : Prof. Dr. Jonathan BAETS
University of Antwerp - CDE
Universiteitsplein 1
BE-2610 Antwerpen

Budget : 20.000 EUR

SPTAN1 (alpha-II-spectrine) joue un rôle essentiel dans le développement et l'homéostasie neuronal, car il s'agit du seul sous-type de spectrine alpha présent dans le système nerveux. Les mutations dans SPTAN1 étaient initialement associées à un spectre de phénotypes d'épilepsie. Cependant, des études récentes ont montré qu'une large diversité de phénotypes neurologiques, notamment les neuropathies motrices héréditaires, le paraplégie spastique héréditaire et éventuellement l'ataxie, peut être attribué aux mutations dans SPTAN1. À l'heure actuelle, il n'existe aucune idée précise du mécanisme pathogénique sous-jacent en jeu pour chacun des phénotypes ni de l'existence d'autres modificateurs en jeu qui influent sur cette hétérogénéité clinique. En tant que tel, ce projet vise à collecter un grand nombre de patients porteurs de mutations SPTAN1 et de phénotypes variés afin de démêler les mécanismes communs et spécifiques des maladies associées à SPTAN1. Plus spécifiquement, une nouvelle analyse des données de WES / WGS disponibles dans le cadre de collaborations internationales sera réalisée afin de créer un catalogue SPTAN1 représentatif et uniforme. En fin de compte, des lignées cellulaires iPSC dérivées du patient seront générées dans l’espoir de découvrir les mécanismes complexes sous-jacents à l’hétérogénéité phénotypique. L'analyse bioinformatique, statistique et histologique du catalogue SPTAN1 permettra de mieux comprendre les différentes corrélations génotype-phénotype, ce qui sera très utile pour déterminer les mutations à modéliser au mieux dans des lignées cellulaires iPSC dérivées du patients.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

2019-2020/04 Les processus inflammatoires dirigés par HSP70 dans la dystrophie musculaire de Duchenne: Les rôles du dirigent MyD88 et de l’expression ultérieure des effecteurs solubles aux premiers stades de la maladie dans le modèle murin mdx.

Promoteur : Boel DE PAEPE
Ghent University
Neuromuscular Reference Center & Department of Neurology Laboratory for Neuropathology – Route 1484
prof. dr. Jan De Bleecker
UZ 10K12E
Corneel Heymanslaan 10
9000 Ghent

Budget : 20.000 EUR

La dystrophie musculaire de Duchenne (DMD) est caractérisée par une faiblesse musculaire progressive due à une dégénérescence des muscles squelettiques, lisses et cardiaques. La maladie est liée à une anomalie du gène DMD, responsable de la production d’une protéine impliquée dans le soutien de la surface du fibre musculaire. L’absence complète de protéine fonctionnelle provoque des dommages des tissues musculaires. Les fibres s’abiment à chaque contraction, les cellules souches musculaires se débordent en essayent de régénérer le tissu lésé. Suite aux dégâts des muscles squelettiques, et dans le but de maintenir un fonctionnement correct, le tissu s’efforce de maintenir l’équilibre cellulaire en orchestrant une restitution des fonctions protéiniques perdues. Dans ces cas-là, les protéines appelées chaperons assistent d'autres protéines, aidant leur repliement correct et réorganisant l’environnement intracellulaire. Les protéines de choc thermique de la famille 70kD (HSP70), en particulier, sont des régulateurs importants. Différentes interactions existent entre ces vois protecteurs et les vois inflammatoires, dont la nature exacte est encore mal connue. Grace au projet-ci, nous enquêterons sur le rôle des processus inflammatoires qui sont dirigés par HSP70, transmis par MyD88, et exécutés par les cytokines solubles, dans la maladie de Duchenne. L’objectif est la caractérisation plus approfondie des différentes voies de signalisation moléculaires qui organisent la mesure, la durée et les cibles de l’inflammation chronique dans les muscles. Nous proposons d’évaluer ce mécanisme dans le modèle animal standard, la souris mdx, un modèle spontané de DMD. Pour avantage, ce modèle permet de développer de nouvelles approches thérapeutiques précliniques, soient des étapes indispensables au développement de futurs médicaments. Dans le cadre de ce projet, la stimulation des HSP70 avec l’agent pharmaceutique BGP-15 sera investiguée, pesant les effets potentiellement bénéficiaires à la récupération des tissus musculaires.
Autorisation est donné de publier ce texte de vulgarisation, ainsi que le résumé graphique suivant

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

2019-2020/08 Affinity Capillary Electrophoresis (ACE) method to highlight new drug candidates for the treatment of myotonic dystrophy type 1 (DM1)

Promoteur : HAMBYE Stéphanie
UMONS
av. Maistriau 19
7000 MONS

Budget : 20.000 EUR

La dystrophie myotonique de type 1 (DM1) ou maladie de Steinert, est l’une des maladies neuromusculaires les plus fréquentes chez l’adulte. Cette maladie multisystémique affecte principalement l’appareil musculaire des patients (affaiblissement musculaire (dystrophie) et défauts de relâchement musculaire (myotonie)) mais également d’autres organes (atteinte cardiaque, oculaire, respiratoire, ..). La DM1 est caractérisée par une mutation au niveau d’un gène où une séquence de trois bases (CTG) est répétée de façon anormale, menant à la production d’un ARN messager toxique avec un grand nombre de répétitions CUG. Ces répétitions piègent, entre autres, une protéine nécessaire à la maturation d’autres ARN messagers et induisent une synthèse de protéines anormales pour un muscle adulte. Cette pathologie incurable ne dispose pour l’instant d’aucun traitement. Une stratégie thérapeutique dans la recherche de candidats médicaments repose sur la capacité qu’ont certaines molécules à se lier aux répétitions CUG, et par conséquent à libérer la protéine séquestrée. Ceci permettrait potentiellement de restaurer une synthèse correcte des protéines par une maturation normale des ARN messagers impliqués, et d’améliorer les symptômes liés à la maladie.

Nous avons développé un test par électrophorèse capillaire permettant de tester rapidement des molécules et de mettre en évidence leur capacité à se lier à un ARN modèle fait de répétions (CUG)n. Grâce à ce test, plusieurs nouvelles molécules ont déjà été mises en évidence et sont évaluées plus spécifiquement dans la pathologie. Nous ambitionnons de tester de nouvelles librairies de composés. Celles-ci sont issus de différents horizons (produits d’origine naturelle, synthèse organique ou polymérique).

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


2019-2020/10 Évaluation des troubles de la déglutition chez les patients neuromusculaires

Promoteur : Nicolas AUDAG
Cliniques universitaires Saint-Luc
av. Hippocrate 10
1200 BRUXELLES

Budget : 20.000 EUR

Les troubles de la déglutition (dysphagie) sont fréquents chez les patients atteints de maladie neuromusculaire. Ils peuvent apparaître tôt dans l'évolution de la maladie et entraîner de nombreuses complications pour l’alimentation, la respiration ou la qualité de vie du patient.

Malheureusement, la dysphagie est souvent sous-diagnostiquée et prise en charge tardivement car les signes liés à un trouble de la déglutition sont souvent ignorés par les patients et les soignants. Dans cette optique, une évaluation systématique de la déglutition contribue à une prise en charge rapide des problèmes et une diminution des risques de complications.

L’objectif de ce projet est de développer un outil d’évaluation (questionnaire), pour offrir aux thérapeutes qui s’occupent des patients neuromusculaires, un outil validé et adapté à la population belge qui sera facilement utilisable dans la pratique quotidienne pour dépister et évaluer les troubles de déglutition.

L’objectif final permettra de dépister les patients suivis dans les centres de références neuromusculaires et mettre en place une prise en charge adaptée des troubles de la déglutition dès qu’un problème est détecté.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


2019-2020/02 Taking Belgium on board of an international EU-US natural history study in nemaline myopathy

Promoteur : Dr Laurent SERVAIS
CRNM Citadelle
CHU de Liège
1 bd du XII de Ligne
4000 LIEGE

Budget : 20.000 EUR (10.000 EUR par année sur 2 ans)

Les myopathies à nemaline présentent un groupe hétérogène sur le plan clinique et génétique de myopathie congénitale de gravité variable. Elles constituent la deuxième cause de myopathie congénitale. Elles sont le plus souvent causées par des mutations des gènes ACTA1 et NEB, mais de nombreux autres gènes bien plus rares peuvent également causer la maladie.

De nombreux développements pré-cliniques sont en cours, mais nous n’avons aujourd’hui aucune bonne histoire naturelle prospective de cette maladie, et donc aucune idée des meilleures mesures de suivi, ou de la quantification du poids que représente cette maladie pour le patient, sa famille et la société.

Cela compromet le développement clinique d’approches pré-cliniques prometteuse
Dans ce contexte, nous avons organisé un workshop à l’ENMC pour mettre en place une étude d’histoire naturelle prospective visant à suivre pendant deux ans les patients atteints de myopathie à némaline dans plusieurs pays d’Europe, aux USA, au Canada et au Brésil.

Le but de ce projet est de mettre l’étude en place en Belgique afin de permettre aux patients belges de rejoindre ce projet international, de participer à une meilleure connaissance de leur maladie, et de ne pas laisser la Belgique à l’écart des développements cliniques ultérieurs.

Les patients seront suivis pendant 2 ans à raison d’une fois tous les 6 mois au moyen d’évaluation standardisées commune à tous les centres à travers le monde.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Pour soutenir la recherche, vous pouvez faire un don sur le compte :

BE70 7512 0451 3325
BIC : AXABBE22

Titulaire : ABMM - Aide à la Recherche asbl
N° d'entreprise : 0472 456 910
rue Achille Chavée 52/02
7100 LA LOUVIERE

Il est aussi possible de faire un don en ligne (Bancontact ou Visa/Mastercard) : www.jesoutiens.be

Une attestation fiscale vous sera envoyée début 2022 pour les dons de 40 EUR minimum/année civile.

Vos données ne sont ni vendues, ni louées, ni cédées à un tiers.

Ensemble, gagnons le combat contre les maladies neuromusculaires !


Ensemble, pour vaincre les maladies neuromusculaires !